Docks Art Fair #4 – Le souffle mortel de Beryl – Bruno Hadjih

Le salon dédié à la photographie contemporaine, Docks Art Fair, a fermé ses portes la semaine dernière. Sachez pour autant que l’exposition consacrée aux photos en noir et blanc de Nikos Aliagas joue les prolongations, jusqu’au 6 novembre (visites les week-ends). Mon dernier coup de cœur artistique pour cette édition va au photographe Bruno Hadjih, représenté par la Galerie Mamia Bretesche.

La couleur, les couleurs du Sahara… Les contrastes violents entre ciel et terre… Tout cela habite avec bonheur les clichés sahariens de Bruno Hadjih. Parfois, je m’ennuie dans une succession de photographies contemporaines certes esthétiquement réussies, parfois audacieuses. Il manque une voix qui viendrait subtilement me susurrer à l’oreille : « il était une fois… ». Il me manque de l’humain… Chez Bruno Hadjih, on arrête son regard, on pose son cerveau et on part pour un voyage dans le désert que l’on sent instantanément authentique. Et, paradoxalement, si l’humain en tant que sujet n’est pas ou peu présent dans les photos de Bruno Hadjih, on sent sa présence, subtile mais omnipotente… Voilà les raisons essentielles qui m’ont fait m’arrêter avec gourmandise devant les photographies de Bruno Hadjih. En voici d’ailleurs quelques clichés, issus de la série TERRA INCOGNITA. ↓

Bruno Hadjih, TERRA INCOGNITA

Photographie copyright Bruno Hadjih, courtesy galerie Mamia Bretesche, série TERRA INCOGNITA

Bruno Hadjih, TERRA INCOGNITA

Photographie copyright Bruno Hadjih, courtesy galerie Mamia Bretesche, série TERRA INCOGNITA

Bruno Hadjih, TERRA INCOGNITA

Photographie copyright Bruno Hadjih, courtesy galerie Mamia Bretesche, série TERRA INCOGNITA

Bruno Hadjih, TERRA INCOGNITA

Photographie copyright Bruno Hadjih, courtesy galerie Mamia Bretesche, série TERRA INCOGNITA  

1er mai 1962 : la terre tremble au Sahara. À In Ecker, dans le massif du Hoggar, la France procède à un essai nucléaire souterrain qui ne se passe pas comme prévu. Le tir est prévu dans une galerie creusée dans la montagne et, sous le souffle de l’impact, le système d’obturation cède et libère du gaz, de la poussière et des matériaux radioactifs. La bombe de Beryl – c’est son nom – a littéralement soulevé la montagne.

Je ne savais pas qu’il y avait eu des essais nucléaires dans le Sahara, en Algérie. La beauté silencieuse des photographies de Bruno Hadjih prises dans la zone irradiée, 50 ans après, témoigne crûment et avec force de l’incident. L’humain a aujourd’hui « déserté » les lieux et pourtant, les vestiges de son passage hantent le désert… Comme une marque indélébile qui serait devenue à son tour un élément banal du paysage saharien… Bruno Hadjih a ainsi intitulé son travail AT(H)OME et, entre nous, il mérite 1.000 œillades avant que notre regard ne plonge dans l’immensité désertique…

Bruno Hadjih / Picturetank HAB0516968. Courtesy galerie Mamia Bretesche. Algérie - 11/01/2012

Photographie copyright Bruno Hadjih , courtesy galerie Mamia Bretesche. AT(H)OME, Algérie – 11/01/2012. Le sable, la silice en générale, retient les particules radioactives pendant très longtemps. Les habitants de la région travaillent à filtrer le sable pour le vendre dans les différents chantiers de la région. Ils s’exposent ainsi à la radioactivité présente dans le sol.

Bruno Hadjih / Picturetank HAB0516966. Courtesy galerie Mamia Bretesche. Algérie - 25/01/2010

Photographie copyright Bruno Hadjih, courtesy galerie Mamia Bretesche. AT(H)OME, Mertoutek, Hoggar, Algérie – 25/01/2010. Barbelé dérisoire séparant une région irradiée d’une autre qui ne l’est pas. Comme si une superficie est irradiée, et 20 cms plus loin, elle ne l’est plus.

Photographie Bruno Hadjih. Courtesy galerie Mamia Bretesche.

Photographie copyright Bruno Hadjih, courtesy galerie Mamia Bretesche. Série AT(H)OME

Bruno Hadjih / Picturetank HAB0516974. Courtesy galerie Mamia Bretesche. Algérie - 22/02/2011

Photographie copyright Bruno Hadjih, courtesy galerie Mamia Bretesche. AT(H)OME, Mertoutek, Hoggar, Algérie – 22/02/2011. Vestige d’installation de châteaux d’eau. Pour fabriquer une bombe ou simplement vivre dans le camp de base de l’armée, de grandes quantités d’eau étaient nécessaires. Ici dans la région du Hoggar.

Bruno Hadjih / Picturetank HAB0516983. Courtesy galerie Mamia Bretesche. Algérie - 12/03/2012

Photographie copyright Bruno Hadjih, courtesy galerie Mamia Bretesche. AT(H)OME, Algérie – 12/03/2012. Périmètre d’interdiction de pénétrer dans la zone. Le site renferme encore une multitude d’objets radioactifs jonchant le sol. Du cuivre est récupéré et vendu sur le marché des métaux ferreux en Algérie ou à l’étranger.

Bruno Hadjih / Picturetank HAB0516971. Courtesy galerie Mamia Bretesche. Algérie - 22/02/2011

Photographie copyright Bruno Hadjih, courtesy galerie Mamia Bretesche. AT(H)OME, Mertoutek, Hoggar, Algérie – 22/02/2011. Vestige d’installation de châteaux d’eau.

Photographie Bruno Hadjih. Courtesy galerie Mamia Bretesche.

Photographie copyright Bruno Hadjih, courtesy galerie Mamia Bretesche. Série AT(H)OME.

Mes remerciements chaleureux à Bruno Hadjih.

Art Design Tendance est partenaire média de Docks Art Fair.

F.B.

Auteur: François BOUTARD

L'auteur de ce blog : déjà surnommé le "Jean-Pierre Coffe du rock" a décidé de vulgariser et faire connaître une autre de ses passions : l'art contemporain et le design. Community Manager et Rédacteur Web, il aime créer du contenu intelligible qui donne du sens à tous ceux qui veulent découvrir et se familiariser avec l'art contemporain et le design.

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *