Felicity Hammond

Bonjour à tous, je vous adresse mes vœux les meilleurs pour cette nouvelle année ! 20015 fut une année terrible pour la culture, patrimoine et conception du monde que les fondamentalistes de tous crins essaient de rayer de la carte. Autisme mental, pensée unique, effacement du passé, diversité inexistante : nous le refusons !  Je souhaite de tout mon cœur que ce blog poursuive la mission qu’il s’est fixée : le décryptage de l’art contemporain et du design via des rencontres artistiques, des billets thématiques, une attention portée aux institutions du monde culturel qui évoluent avec le numérique pour nous montrer toujours plus de culture… Nous résisterons !

On démarre cette nouvelle année avec un nouveau billet issu de l’excellentissime blog ilikethisart.net. J’ai demandé l’année dernière l’autorisation à Jordan Tate, artiste plasticien et universitaire de renom qui édite ce blog, l’autorisation de traduire ses billets pour artdesigntendance.com. Pourquoi une telle démarche ? Parce qu’il m’apparaissait alors (et toujours) que les projets artistiques dont parlent Jordan Tate ne sont pas ou peu présentés en France. Ils témoignent aussi d’un autre regard porté sur la création visuelle. Par bonheur, il a accepté !  Démarrons donc cette nouvelle année par le projet artistique Capital Growth de l’artiste Felicity Hammond 

 

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

Felicity Hammond, Capital Growth

« Mes installations de photos grand format se réfèrent à une industrie oubliée ; des ruines industrielles deviennent des folies urbaines, en équilibre précaire entre construction et déconstruction, archaïsme et futurisme. L’industrie traditionnelle et le procédé industriel ont disparu, à leur place se dresse une imagerie générée par ordinateur du luxe, des affiches se rapportant à un avenir meilleur. Cette situation est utopique et plus que grotesque ; il est question d’un gain immatériel qui s’obtiendrait sans travail. Avec Capital Growth, je me suis intéressée à la manière dont ces sites industriels qui furent jadis producteurs d’un certain pouvoir sont maintenant devenus un produit de celui-ci.

Mes installations touchent aux limites de la photographie. Elles utilisent le langage matériel de la régénération urbaine ; la fausse opulence qui enferme les développements du luxe comme un moyen de disséquer la valeur linguistique des manifestes urbains. Les photographies deviennent sculpturales ; la friche industrielle fusionne avec une nouvelle réalité numérique, et se réfère à des rendus d’espaces futuristes. Mon travail se réfère à une croissance fétiche, où le capitalisme est sans cesse redéfini ; un hybride de l’ultra-moderne et de l’archaïque. Les installations photographiques et les mondes que je crée emprunte à la nature indéterminée du virtuel, fusion numériquement déformée de la vie opulente avec les matériaux mis au rebut qu’elle recèle ».

→ Pour retrouver le billet original du 4 janvier 2016 sur Ilikethisart c’est ici. –

F.B. 

 

Auteur: François BOUTARD

L'auteur de ce blog : déjà surnommé le "Jean-Pierre Coffe du rock" a décidé de vulgariser et faire connaître une autre de ses passions : l'art contemporain et le design. Community Manager et Rédacteur Web, il aime créer du contenu intelligible qui donne du sens à tous ceux qui veulent découvrir et se familiariser avec l'art contemporain et le design.

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *