Inside Brain Artist – Silvère Jarrosson #1

Inside Brain Artist est la rubrique où j’interroge en face à face un artiste qui se donne à 100% à son art. Mon but est de démystifier l’acte de création, et comprendre ce qu’en sont les ressorts. C’est aussi une fenêtre ouverte sur le métier et la condition d’artiste qui reste pour le grand public assez obscure. Pénétrer et rentrer dans la matrice cervicale de l’artiste, c’est le but peu modeste, ambitieux mais réel de ces entretiens. Après Cornélia Komili, Corinne Fhima, c’est au tour de Silvère Jarrosson de répondre à mes questions. J’ai déjà évoqué dans des billets précédents le talent de ce jeune artiste qui s’exprime dans des toiles abstraites incroyablement rythmées.

"Inside Brain Artist" ou comprendre ce qui se trame dans la tête d'un artiste...

« Inside Brain Artist » ou comprendre ce qui se trame dans la tête d’un artiste…

Art Design Tendance : Peux-tu nous dire quel a été ton premier contact marquant avec l’art ? (expérience, souvenir, transmissions, etc.)

Silvère Jarrosson : Mes premiers contacts marquants avec l’art ont été mes premiers pas de danse sur scène, lorsque j’avais huit ans. Il s’agissait de petits spectacles et de concours régionaux adaptés à mon niveau encore débutant, mais qui ont été pour moi des moments très forts, proches d’une prise de conscience ou d’une révélation.

A.D.T. : À quel événement dois-tu ta décision de peindre ?

S.J. : Ma décision de peindre est directement liée au fait que j’ai été contraint d’arrêter la danse pour raison médicale. Comme tous les danseurs, je me suis investi corps et âme dans la pratique de la danse. En apprenant du jour au lendemain qu’il me serait impossible de re-danser, me retrouvant soudainement sans pouvoir danser, je me sentais face à un immense vide. Même si j’avais l’intention de faire des études, je me demandais ce que j’allais pouvoir faire qui compte réellement et me passionne. J’ai trouvé la peinture, une nouvelle façon pour moi de danser.

A.D.T. :  Pourquoi peindre ?

S.J. : Pourquoi avoir choisi ce moyen d’expression ? D’abord, parce que c’est infiniment plaisant. Ensuite, je crois énormément au potentiel expressif de la peinture au 21e siècle. Si on a pu entendre dire il y a quelques années que la peinture était un art démodé et condamné à laisser la place à de nouveaux substrats comme la vidéo ou la performance, elle connaît en réalité un regain d’intérêt et un grand retour en force auprès des institutions artistiques. La peinture fait partie de ces arts qui ont toujours existé sans jamais perdre de leur intérêt. C’est à la fois une grande simplicité (support 2D statique) et une immense liberté (pas de limite théorique à ce qui peut être représenté) accessible à tous. C’est fascinant d’appartenir à un art déjà vieux, de se confronter à des millénaires de création picturale.

A.D.T. : Quand on est autodidacte comme toi, se pose-t-on beaucoup de questions sur l’importance de la technique en peinture ?

S.J. : Effectivement je me pose beaucoup de questions à ce sujet. Je ne prends pas l’aspect technique du travail pictural à la légère. Je viens du monde de la danse classique, un art dans lequel la technique est si difficile et si fondamentale qu’elle est enseignée dès la prime enfance. Mais je sais aussi que ces difficultés sont toujours surmontables et ne constituent pas un obstacle durable tant que le travail nécessaire pour les surmonter est fourni. En peinture, je n’ai eu de cesse depuis mes débuts de combler mes lacunes en matière technique et il y a tant à apprendre que je continuerai certainement longtemps.

A.D.T. : Quel est ton moteur principal pour entreprendre une nouvelle toile ?

S.J. : L’excitation, dans tous les sens du terme.

A.D.T. : Où vas-tu chercher ton inspiration ?

S.J. : Je me suis posé mille fois la question … Je ne la suscite pas vraiment, j’attends qu’elle vienne. Ou qu’elle ne vienne pas. Comme beaucoup d’artistes, j’essaie de comprendre cet étrange phénomène qu’on appelle l’inspiration, et de savoir la générer sur commande, tout en sachant qu’il n’existe ni méthode ni recette pour cela. Seule une véritable recherche personnelle et la réflexion peuvent alimenter une forme d’inspiration artistique, et il est donc essentiel d’enrichir une telle réflexion (par la visite d’expositions, la lecture, les voyages, etc). Ce travail de fond n’empêche cependant pas les fluctuations quotidiennes d’inspiration. Parfois ça vient, parfois ça ne vient pas. Pour un esprit cartésien comme le mien, c’est dur à admettre.

A.D.T. : On sent l’importance des couleurs dans ton travail, peux-tu nous expliquer comment tu les utilises et ce qu’elles sont pour toi ?

S.J. : Mon utilisation des couleurs est encore à un stade de recherche. J’y réfléchis beaucoup mais ne crois pas être arrivé à vraiment les maîtriser et les comprendre pour l’instant. Jusqu’à présent, mon utilisation de la couleur s’est rapproché de la conception qu’en avait l’abstraction lyrique : considérer que la couleur a une valeur esthétique et expressive en elle-même, au-delà de toute association ou référence culturelle, et rendre hommage à cette beauté intrinsèque en déclinant les mélanges de couleurs en un maximum de nuances les plus subtiles possible. Mais il existe différentes façons d’apprécier les couleurs et donc différentes façons de les utiliser, sur lesquelles je travaille actuellement.

2ème volet de l’interview à venir…↓

Silvère Jarrosson, Sans titre, acrylique sur toile, 116x81 cm, 2016

Silvère Jarrosson, Sans titre, acrylique sur toile, 116×81 cm, 2016

Silvère Jarrosson, série Details

Silvère Jarrosson, série Details

Silvère Jarrosson, Détails, acrylique sur toile, 2016

Silvère Jarrosson, Détails, acrylique sur toile, 2016

Silvère Jarrosson, Détails, acrylique sur toile, 2016.jpg

Silvère Jarrosson, Détails, acrylique sur toile, 2016

→ Le site de Silvère Jarrosson : www.silvere-jarrosson.com

Silvère Jarrosson est représenté par les galeries suivantes :

Life Gallery (New-York)

Galerie Hors-Champs (Paris)

Blanc Art Gallery (Macao)

Exposition à venir :

♦ 70e édition du Salon des Réalités Nouvelles, du 16 au 23 octobre au Parc floral de la porte de Vincennes

F.B.

Auteur: François BOUTARD

L'auteur de ce blog : déjà surnommé le "Jean-Pierre Coffe du rock" a décidé de vulgariser et faire connaître une autre de ses passions : l'art contemporain et le design. Community Manager et Rédacteur Web, il aime créer du contenu intelligible qui donne du sens à tous ceux qui veulent découvrir et se familiariser avec l'art contemporain et le design.

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *