David Wolle, La grotte, 2014

Écrit par

La peinture mouvante et acidulée de David Wolle

Art contemporain, Blog| Vues: 161

Lneuvième édition de la Biennale Internationale Design de Saint-Étienne s’interroge sur la portée esthétique du design. Du coup, l’exposition « Vous avez dit bizarre ? » renverse les canons traditionnels de  la beauté esthétique, sous l’angle particulier du grotesque. Dans les mains du designer, les valeurs de bon goût prennent une autre tournure et nous interrogent sur le bien fondé de notre échelle de valeur du beau.

Et c’est bien aussi cette impression de grotesque qui m’est venue à l’esprit lors de ma découverte récente de la peinture dégoulinante de David Wolle. Or, grotesque ne veut pas dire laid mais différence, questionnement, interrogation, remise en perspective. Circuler mentalement dans les toiles délicieusement acidulées de David Wolle c’est partir à l’inconnu, figer son regard sur la représentation d’un objet, d’un animal, figures familières et puis se perdre à nouveau dans un paysage indéfinissable. ↓

David Wolle, La grotte, 2014

David Wolle, La grotte, 2014

Et n’est-ce pas là ce que l’on souhaite ? Être surpris, décontenancé, par un artiste qui affiche une singularité majeure ? Respirer à pleins poumons dans un univers ouaté, jamais agressif, aux couleurs douces ? Entre figuration et abstraction, David Wolle ne choisit pas. Un pari risqué mais gagnant pour qui possède encore le temps de l’égarement face à la toile.

J’ai aussi été amusé par les légendes qu’appose l’artiste ses tableaux : « Randonnée au Gondwana-Ouest » par exemple, où semble cheminer un lapin crétin dans un paysage mystérieux. Plus énigmatiques les titres à la simple ponctuation : __l__°///°, ou encore ¹O_o’.  On peut y voir des émoticônes sans significations précises, un sarcasme de plus pour une peinture qui ne cherche pas à démontrer quelque chose ! Voilà pourquoi je voulais vous amener à l’univers dérangeant de David Wolle : singularité, univers détaché de tout référent évident même si on peut penser quelquefois à Dalí, plaisir des formes molles : un bonbon acidulé en forme de marschmallow 😉 ↓

David Wolle, __l__ , 2006

David Wolle, __l__ , 2006

David Wolle, A M Pouponne, 2006

David Wolle, A M Pouponne, 2006

 

David Wolle, /lv\, 2013

David Wolle, /lv\, 2013

 

David Wolle, Punchline, 2014

David Wolle, Punchline, 2014

 

David Wolle, Randonnée au Gondwana-Ouest, 2014

David Wolle, Randonnée au Gondwana-Ouest, 2014

 

David Wolle, La tarantelle, 2014

David Wolle, La tarantelle, 2014

 

David Wolle, Pulchinella e il dottore, 2012

David Wolle, Pulchinella e il dottore, 2012

→ David Wolle est représenté par la galerie Bernard Ceysson.

Photos courtoisie David Wolle, qu’il en soit chaleureusement remercié.

F.B.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Copyright Art Design Tendance - Réalisation SwMedia