Écrit par

Les mots du Design #53

Blog, Design| Vues: 535

Bonjour et bienvenue dans notre série dominicale Les Mots du Design, des épisodes pour redécouvrir les pièces, chefs d’oeuvre, créateurs, éditeurs, etc. qui ont fait l’histoire du design. À la une aujourd’hui, un objet iconique de la fin des années 60, symbole des couleurs pop alors en vogue et réalisé par un des plus grands designers : Ettore Sottsass (avec Perry King). J’ai nommé la Machine à écrire portative Valentine. ↓

Avant qu’Ettore Sottsass n’inventât une machine à écrire plus sexy !

La machine à écrire portative Valentine comprend 2 parties distinctes : la machine proprement dite équipée d’une poignée intégrée et une malette de transport en plastique dur dont l’ouverture laisse justement dépasser la poignée. Dessinée par Ettore Sottsass et Perry King pour le fabricant italien Olivetti, la Valentine partage très peu de points communs avec les machines à écrire de son époque. Sottsass raconte : « Quand j’étais jeune, nous n’entendions parler que de fonctionnalisme… Cela ne suffit pas. Le design peut aussi être sensuel et excitant. » Fidèle à ses convictions, il conçoit alors la Valentin en mettant l’accent sur la portabilité et la maniabilité, en imaginant un habillage plein de gaieté inspiré du pop art – très éloigné des couleurs moroses habituellement associées à l’univers de la bureautique. Les touches sont ergonomiques et la presque totalité de la machine est en plastique coloré au lieu du traditionnel métal. ↓

Machine à écrire portative Valentine, 1969. Design Ettore Sottsass et Perry King

Machine à écrire portative Valentine, 1969. Design Ettore Sottsass et Perry King.

Disponible en rouge, en blanc, en vert et en bleu, la machine à écrire portative Valentine ne rencontre pas le succès escompté, précisément en raison de ses couleurs vives – réputées fatigantes pour les yeux – et aussi à cause de son prix élevé. Néanmoins, la Valentine, sortie en 1969 le jour de la Saint-Valentin – d’où son nom -, deviendra un objet design emblématique des années 1960 et 1970. La publicité qui accompagne son lancement évoque les œuvres pop art de l’époque. On y voit des couples ou des jeunes tout droits sortis des Swinging Sixties, en accord avec la définition de Sottsass : la Valentine, une « machine antimachine ». ↓

Publicités pour la machine à écrire portative Valentine.

Publicités pour la machine à écrire portative Valentine ↑ ↓

Publicités pour la machine à écrire portative Valentine.

 

Je vous laisse reprendre vos activités habituelles du dimanche, après m’avoir lu bien sûr :-)) Les 2 paragraphes en format citation sont extraits de l’excellent livre : Pourquoi est-ce un Chef d’Oeuvre ? – Susie Hodge, Eyrolles.

F.B. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Copyright Art Design Tendance - Réalisation SwMedia