My Lonely Days Are Gone : Part 2

Écrit par

My Lonely Days Are Gone / Part 2

Art contemporain, Blog, Design| Vues: 346

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2 

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2

My Lonely Days Are Gone / Part 2 

My Lonely Days Are Gone / Part 2

Travaux de Caroline Kryzecki, Carla Arocha & Stéphane Schraenen, Claudia Comte, Friederike Feldmann, Matt Mullican, Christine Streuli, Tatjana Doll, Lily van der Stokke.

Exposition organisée par Arturo Herrera à la galerie Arratia Beer.

En 2010, L’exposition My Lonely Days a rassemblé dix artistes contemporains. Leur but : explorer le potentiel d’un espace physique donné à générer des œuvres murales qui expriment un point de vue sur le rôle de l’abstraction.

Le second volet du projet My Lonely Days continue d’explorer le lien entre la confrontation des images et l’architecture du «ready-made» architectural de l’espace. Chacune des œuvres commandées pour l’occasion se concentre sur des modes d’expression artistiques spécifiques : peinture, dessin, collage et impression. Ces créations juxtaposent plusieurs techniques pour sonder la manière dont elles interagissent entre elles et avec le lieu.

Les artistes ont repensé la fonction habituelle d’un mur -une surface sur laquelle accrocher des œuvres- en créant des œuvres adaptées à chacun des murs, y compris pour le plancher de la galerie. La seconde exposition du projet My Lonely Days propose à la fois un dialogue actif entre les créations artistiques, et une prise de conscience particulière de l’architecture comme un réceptacle d’images fugaces.

À ses débuts, l’abstraction a revêtu plusieurs significations. Son histoire, ses ramifications et son impact sur notre culture visuelle sont toujours essentiels à l’art contemporain et aux artistes. Dans cette exposition, l’accent mis sur des œuvres non figuratives mesure l’efficacité et le potentiel de la pratique de l’abstraction, et sa relation complexe au monde, entre autonomie et interdépendance. Les différences entre abstraction et figuration en art sont aujourd’hui beaucoup plus floues, plus fragmentées ; les frontières sont devenues poreuses. C’est précisément cette nouvelle frontière entre abstraction et figuration que l’exposition explore en s’autorisant une interconnexion entre des stratégies picturales de représentation, théoriques et abstraites. Dans une époque de grands changements, l’ abstraction continue de représenter une source alternative crédible pour les artistes contemporains. Elle continue de nourrir leurs investigations visuelles ainsi que leur recherche conceptuelle.

→ Pour retrouver le billet original du 15 Juillet 2015 sur Ilikethisart c’est ici.

F.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Copyright Art Design Tendance - Réalisation SwMedia