Paul Ricard circuit, ultra-adherent bands

Écrit par

Retro Blues -2

Art contemporain, Blog, Lyonnaiseries| Vues: 162

Il ne m’était jamais venu à l’esprit de regarder, de haut, et avec détachement, les fascinantes compositions géométriques qui ornent les différents circuits automobiles. Est-ce que les pilotes professionnels, régulièrement embarqués au-delà des 200 km/h, prennent le temps d’admirer ces compositions géométriques ? J’en doute fortement ! ↓

Circuit Paul Ricard, Blue Line

Circuit Paul Ricard, Blue Line

Ces marquages au sol, éléments techniques d’un circuit de compétition automobile ou de moto, un artiste, Jean-Baptiste Sauvage, a su en saisir les ressorts graphiques et la portée émotionnelle en nous les restituant, en dehors de leur environnement habituel. Précision importante : ces bandes bleues qui ornent le circuit Paul Ricard, aussi appelé circuit du Castellet, sont communément appelées «Blue lines». Elles ont deux fonctions principales : permettre au pilote de contrôler le dérapage du véhicule dans les virages en lui redonnant de l’adhérence et constituer des points de repères visuels pour la conduite. Notre artiste a repris ces bandes ultra-adhérentes et  les a recréées au MAC Lyon pour l’exposition Motopoétique. ↓

Jean-Baptiste Sauvage, Blue line #2,  2014. Vue de l'exposition Motopoétique au Musée d'Art Contemporain de Lyon, peinture in situ, reprise échelle 1 d'un morceau d'îlot du circuit Paul Ricard.

Jean-Baptiste Sauvage, Blue line #2, 2014. Vue de l’exposition Motopoétique au Musée d’Art Contemporain de Lyon, peinture in situ, reprise échelle 1 d’un morceau d’îlot du circuit Paul Ricard.

Jean-Baptiste Sauvage, Blue line #2,  2014

Jean-Baptiste Sauvage, Blue line #2, 2014. Vue de l’exposition Motopoétique au Musée d’Art Contemporain de Lyon, peinture in situ, reprise échelle 1 d’un morceau d’îlot du circuit Paul Ricard. Moto Blue Line posée sur la peinture.

Je visite donc l’exposition, j’entre dans la pièce et là survint un sentiment curieux. La pièce du musée aménagée avec ce marquage bleuté au sol, m’a ramené, avec nostalgie, des années en arrière…Oui. Le bleu qui donne le blues, le bleu du paquet de Gitanes et de sa danseuse. Celui de l’écurie française de Formule 1 Ligier, alors nommée «Équipe Ligier-Gitanes». ↓

la Ligier JS11/15, 1980

la Ligier JS11/15, 1980

Voilà, il fleurait bon comme un parfum rétro «blues» dans cette salle du musée. Comme si le bleu accroché au bitume collait à une époque passée, celles des sponsors cigarettiers et autres marques de boisson.                                                                                                                               Rentrer chez vous dorénavant, ce temps est révolu, l’avenir appartient désormais aux boissons énergisantes performantes et non plus à l’apéritif «à la papa» ! ↓

Martini Lancia LC1, en action sur le circuit de  Brands Hatch

Martini Lancia LC1, en action sur le circuit de Brands Hatch

 

Le pilote Mark Webber au volant de la Red-Bull Renault, 2008.

Le pilote Mark Webber au volant de la Red-Bull Renault, 2008.

La Lancia Delta Martini S4, Championnat du Monde des Rallyes, années 80

La Lancia Delta Martini S4, Championnat du Monde des Rallyes, années 80

La marque Martini, toujours présente dans les sports mécaniques, mais de façon plus discrète aujourd’hui, a habilement saisi et utilisé le graphisme des bandes auto-adhérentes. Le bleu s’accompagne ici du rouge : logique quand on observe comme l’a fait Jean-Baptiste Sauvage les surprenantes formes abstraites des terres-pleins du circuit Paul Ricard. ↓

Circuit Paul Ricard, bandes ultra-adhérentes

Circuit Paul Ricard, bandes ultra-adhérentes

Je remercie ainsi Jean-Baptiste Sauvage qui, de façon inattendue, a su restituer un langage des formes. Peu importe les raisons personnelles qui m’ont fait me retourner sur cette oeuvre, je crois en revanche a son pouvoir d’évocation et d’émotion, qui touchera chacun de façon différente. Enfin, n’oublions pas le protagoniste de cette série, la Honda 450 DOHC Blue Line, qui, et ce n’est pas un hasard, possède le surnom de cette couleur si rétro ! ↓

Jean-Baptiste Sauvage, Blue line #2

Jean-Baptiste Sauvage, Blue line #2, 2014. Vue de l’exposition Motopoétique au Musée d’Art Contemporain de Lyon, peinture in situ, HONDA Honda 450 DOHC Blue Line posée sur la peinture. Photo ©François BOUTARD

 

F.B.

Photos courtoisie Jean-Baptiste Sauvage

Aux éditions Immixtion Books :  Razzle Dazzle / Blue Line de l’artiste Jean-Baptiste Sauvage.

Mes remerciements à Muriel Jaby et Karel Cioffi du MAC Lyon pour recevoir les blogueurs !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Copyright Art Design Tendance - Réalisation SwMedia