Travess Smalley

Travess Smalley 1

Vue de l’exposition de Travess Smalley à la Galerie Foxy Production

Travess Smalley 2

Vue de l’exposition de Travess Smalley à la Galerie Foxy Production

Travess Smalley 3

Vue de l’exposition de Travess Smalley à la Galerie Foxy Production

Travess Smalley 4

Vue de l’exposition de Travess Smalley à la Galerie Foxy Production

Travess Smalley 5

Vue de l’exposition de Travess Smalley à la Galerie Foxy Production

Travess Smalley 6

Vue de l’exposition de Travess Smalley à la Galerie Foxy Production

Travess Smalley

at Foxy Production

L‘exposition solo inaugurale de Travess Smalley à la galerie Foxy Production comprend des œuvres imprimées de grands formats, un livre en cinq volumes d’images et un court livret d’accompagnement. Brouiller la distinction entre le process et le produit, entre l’analogique et le numérique, Smalley s’en amuse. L’artiste aime remettre en question les certitudes du spectateur ce qu’il voit. Pour cela, le plasticien de l’image crée un réseau d’images médiatiques qui concernent directement le dilemme contemporain de la conservation numérique et du transfert : de la perte de l’esthétisme et de la corrosion des données.

Chaque œuvre dans l’exposition est une image composite qui a subi une série d’actions, comme l’utilisation du découpage, du dessin, de la photocopie, de l’impression, de la numérisation, de Photoshop, du collage, ou encore de la technique du pochoir. L’impression et la numérisation sont au cœur de la pratique artistique de Smalley. Elles fonctionnent comme des portes d’accès à ses activités analogiques et numériques. Le résultat final de ce travail combine à la fois des changements de perspective et une palette vibrante et sensuelle qui rappelle une série d’influences diverses : le graphisme sur Internet, le cinéma structurel, et le design textile.

Les grands tirages jet d’encre de Smalley montés sur aluminium présentent des couleurs vives, sous forme de combinaisons abstraites et d’images de fleurs. Présentées séparément ou comme diptyques, les formes et les couleurs vives en haute résolution des toiles permettent au spectateur de faire l’expérience du contenu et de la texture. Ces grands formats ressemblent à des peintures, sérigraphies, photographies et nourrissent l’esprit en associant, par exemple, l’expressionnisme abstrait et le Pop Art.

L’artiste expose aussi un livre qui comprend près de 1384 dessins, une véritable base de données de toutes les transformations qu’il s’applique à réaliser sur les images depuis des années. Ce livre est un témoignage de l’énorme étendue et de la profondeur du projet créatif de Travess Smalley.

Le court livret de Smalley, intitulé Bloom, aborde les thèmes principaux de l’exposition. Situé dans l’avenir, il dramatise les problèmes dus au stockage des données numériques. Dans une époque où l’enregistrement pléthorique des images est devenu courant et, par conséquent, la modification des données sur l’identité première d’un objet, le dessin est vu comme un moyen de sauvegarder la qualité des données.

→ Pour retrouver le billet original du 18 Juin 2015 sur Ilikethisart c’est ici.

F.B.

Auteur: François BOUTARD

L'auteur de ce blog : déjà surnommé le "Jean-Pierre Coffe du rock" a décidé de vulgariser et faire connaître une autre de ses passions : l'art contemporain et le design. Community Manager et Rédacteur Web, il aime créer du contenu intelligible qui donne du sens à tous ceux qui veulent découvrir et se familiariser avec l'art contemporain et le design.

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *