: Sculptures Ritorto & Torto en verre de Murano, Design Gae Aulenti pour Venini, 1994.

AvatarÉcrit par

Le verre de Murano : une tradition séculaire

Blog, Design| Vues: 115

Le verre de Murano est réputé dans le monde entier pour la qualité des matières premières qui le composent et le savoir-faire verrier qui lui est associé. Mais comment une si petite île située au nord de Venise dans la lagune (superficie de 1,17 km2), est-elle aujourd’hui connue du monde entier pour la qualité de sa production verrière ? Des éléments historiques y concourent, mais elle le doit surtout au tour de main hérité d’une longue pratique et transmis de génération en génération, par de grands maîtres-verriers. La tradition du verre à Murano est ainsi incarnée par de grandes familles qui perpétuent un savoir-faire artisanal de haute précision. Une pratique et des secrets autrefois jalousement gardés avant que les grandes maisons verrières de Murano n’ouvrent leurs forges aux plus grands artistes du XXe siècle… ↓

Lucio Fontana, Egidio Costantini : Concetto Spaziale, 1965.

Lucio Fontana, Egidio Costantini : Concetto Spaziale, 1965. Feuille de métal perforée et 17 boules en verre de Murano. Lucio Fontana (1899-1968), le célèbre peintre et sculpteur argentin, fondateur du mouvement spatialiste, est venu travailler à Murano pour certaines de ses œuvres.

 

Plus proche de nous, l’artiste français contemporain Jean-Michel Othoniel (1964)

Légende : Plus proche de nous, l’artiste français contemporain Jean-Michel Othoniel (1964) qui réalise de grandes pièces en verre coloré, est aussi venu à Murano. Ici : Pièce en verre soufflé de Murano, Sans Titre, 1996 (hauteur : 28 cm).

Aux origines du verre à Murano

Ce sont les phéniciens qui les premiers découvrirent que le sable, exposé à une haute température et au feu, fond et devient vitreux. Ils en maîtrisèrent la technique avant de la diffuser le long des côtes du Moyen Orient et de l’Egypte, puis transportèrent la pâte de verre en Méditerranée pour atteindre Rome, Venise et Murano. On trouve ainsi la trace du 1er verre de Venise en 982. Les différentes croisades du milieu du Moyen-Âge vont aussi conduire de nombreux artistes byzantins, certains artisans verriers, à fuir Constantinople pour s’exiler à Venise. Naturellement, la république de Venise développe l’art verrier qui fait déjà sa réputation hors de ses frontières.

En 1291, les autorités de la « Sérénissime » décident de détruire toutes les fonderies par peur d’un embrasement de la ville, et forcent les maîtres-verriers de Venise à s’exiler sur la petite île de Murano. Rapidement, les verriers de Murano deviennent influents dans la république vénitienne et exportent leur production dès la fin du XIVe siècle jusqu’à Londres. Les plus grands souverains européens s’arrêtent à Murano pour commander de la vaisselle ou des vases.

L’âge d’or du verre de Murano

Du XVe au XVIII siècle, traversant la Renaissance italienne, les maîtres-verriers de Murano connaissent un âge d’or. Ils développent leurs techniques comme les cristaux, l’émail, les parures au fil d’or, les très célèbres filigranes a retortoli (« filets de verre en spirale ») et filigranes a reticello (« à résille »). Ils maîtrisent les couleurs pour réaliser de splendides verres multicolores (millefiori), le lait verre appelé lattimo, et l’imitation de pierres précieuses en verre. ↓

Chauffe-Mains. Verre Filigrane Murano, XXe siècle. (c) Complément d’objets, Proantic.

Chauffe-Mains. Verre Filigrane Murano, XXe siècle. (c) Complément d’objets, Proantic. Le verre filigrané est obtenu en noyant de fines baguettes de verre blanc opaque (lattimo) ou de diverses couleurs dans la masse incolore. On obtient alors des pièces décorées de filets diversement colorés et entrelacés : un plaisir pour les yeux !

Issu d’une famille qui perpétue l’art verrier depuis des générations (on mentionne dans des documents de 1348 les Barovier comme artisans verriers), on doit au maître-verrier italien Angelo Barovier (?-1460), la production d’une technique nouvelle aboutissant à la production d’un type de verre particulièrement fin qu’il dénomma « verre cristallin » (vetro cristallino) ou « cristal de Venise » (cristallo di Venezia). ↓

Angelo Barovier, La Coupe Nuptiale ou Coupe de Mariage, vers 1450

Angelo Barovier, La Coupe Nuptiale ou Coupe de Mariage, vers 1450. Verre bleu émaillé avec des émaux polychrome. Cette coupe est l’un des exemples les plus anciens de verres émaillés de la Renaissance. Outre le travail du cristal, les Barovier exécutent des décorations à l’émail vitrifié recouvrant des pièces en verre translucide.

 

Coupe sur pied, Venise, fin du XVe siècle. Inv. 4783. © MAD, Paris / photo : Laurent-Sully Jaulmes

Coupe sur pied, Venise, fin du XVe siècle. Inv. 4783. © MAD, Paris / photo : Laurent-Sully Jaulmes

Une autre famille de Murano marque de son empreinte l’art verrier de l’île : les Ballarin. Giorgio di Pietro dit Zorzi le Spalatino, (1440-1506), travaille dans la verrerie d’Angelo Barovier et accède aux secrets de fabrication des verres cristallin. Féru de technique, il obtient du pouvoir vénitien que le très célèbre verrier lorrain Robert de Thysac, qui conçoit de grandes plaques de verre aux couleurs inégalées utilisées ensuite pour faire des vitraux, s’installe chez lui et lui enseigne son art. En échange de quoi Giorgio Ballarin initie le maître français aux techniques verrières de Murano. Par la suite, la famille Ballarin devient une véritable dynastie à Murano. Francesco (1480-1555), Domenico (1490-1570), Pietro (1532-1599) sont reconnus comme de véritables artistes du verre et on retrouve leurs coupes de cristal sur les tables des souverains d’Europe. ↓

Vases en verre de Murano par le maître-verrier Giuliano Ballarin (1942).

Vases en verre de Murano par le maître-verrier Giuliano Ballarin (1942). Ce dernier est l’un des derniers descendants de la dynastie Ballarin. Spécialisé dans les techniques du Filigrana, du Zanfirico et du Reticello, il perpétue la tradition verrière de la famille.

Barovier, une grande famille verrière de Murano

À son apogée au XVIe siècle, l’influence de la verrerie de Murano va progressivement décliner, avant de renaître à la fin du XIXe siècle, puis redevenir un centre mondial de la verrerie attirant les plus grands créateurs au XXe siècle. La verrerie à Murano doit beaucoup aux grandes familles qui ont perpétué un art ancestral. Parmi celles-ci, la plus connue est sans aucun doute les Barovier. Angelo Barovier, dont a parlé précédemment, est le digne descendant de Jacobello Barovier, qui fonde en 1295 une verrerie à son nom. Plus de 700 ans nous séparent de la verrerie Barovier qui existe toujours aujourd’hui sous le nom de Barovier & Toso. Rendez-vous compte, Barovier & Toso est inscrite au 5e rang des entreprises familiales les plus anciennes du monde ! Après la période dorée de la Renaissance, Barovier connaît à nouveau un essor important à la fin du XIXe siècle, sous l’impulsion de Benvenuto et Giuseppe Barovier qui donnent à la maison le nom de Fratelli Barovier (Barovier Frères).

Mais la grande figure de la famille qui remet Barovier sur le devant de la scène est Ercole Barovier (1889-1974), dessinateur et chimiste, fils de Benevenuto Barovier. Il assura de 1926 à 1972 la direction artistique de la verrerie. Dans les années 1920, il obtint un grand succès ; d’abord avec les récipients à murrine, puis avec des créations totalement originales comme la collection de verres Primavera (1929-30). Dès le début des années 30, il se consacre entièrement à l’expérimentation de nouveaux effets multicolores. Il perfectionne la technique de coloration à chaud sans fusion qu’il utilise pour la 1ère fois en 1935-36, pour créer les séries Crepuscolo, Autumn Gemmato, Marina Gemmata et Laguna Gemmata. ↓

Vase de la série Crepusculo, conception Ercole Barovier, pour Ferro Toso Barovier, vers 1936

Vase de la série Crepusculo, conception Ercole Barovier, pour Ferro Toso Barovier, vers 1936. Grand vase sphérique avec un long cou, décorations en forme d’anneau appliquées avec un décor poudré fait à chaud et sans fusion.

 

Vase de la série Laguna Gemmata, conception Ercole Barovier pour Ferro Toso Barovier, vers 1935

Vase de la série Laguna Gemmata, conception Ercole Barovier pour Ferro Toso Barovier, vers 1935. Vase ovale bleu clair avec des inclusions à chaud sans fusion et des anses à crête.

À Murano, tout est histoire de famille ! En 1936, Ercole Barovier aux commandes de la célèbre maison décide de fusionner avec la S.A.I.A.R. (Società Anonima Italiana Arti Riunite) Ferro Toso & C. (1902-1935), alors dirigée par Decio et Artemio Toso. La famille Toso est aussi une grande famille historique verrière de l’île. Dans un 1er temps baptisée Ferro Toso Barovier & C., puis Barovier Toso & C, l’entreprise prit son nom actuel Barovier & Toso en 1942. ↓

Vase de la Maison Fratelli Toso, vers 1930

Vase de la Maison Fratelli Toso, vers 1930. Grand vase en verre soufflé avec poignées appliquées et décors en aventurine (sorte de quartz avec inclusions d’autre minéraux).

 

Lampe de Table Barovier & Toso

Lampe de Table Barovier & Toso en verre de Murano rouge et or, 1950

 

Le gotha du design italien à Murano

Autrefois cantonnées à produire des pièces de vaisselles en grandes séries, les grandes maisons verrières de Murano, en même temps qu’elles complexifiaient leurs techniques, se sont mises à produire de véritables objets d’art. Un moyen pour elles de se faire connaître dans l’univers du luxe, et de faire venir parmi les designers, architectes et artistes les plus talentueux.

Ainsi, la très jeune maison Venini – créée en 1921 par L’avocat milanais Paolo Venini (1895-1959) et l’antiquaire vénitien Giacomo Cappellin – après s’être appuyée sur le talent du sculpteur et designer Napoleone Martinuzzi (1892-1977), va progressivement ouvrir au milieu du XXe siècle ses ateliers à des designers, architectes et artistes plasticiens venus d’horizons plus lointains que Murano et Venise. Des créateurs italiens évidemment, au moment où le design italien « décolle » dans les années d’après-guerre, et obtient dans les années 60 et 70 une reconnaissance internationale. On pourrait ici faire un catalogue des artistes transalpins qui se sont succédés à La Fornace (le nom commun pour désigner les bâtiments de Venini, fours y compris). Parmi eux, citons Gio Ponti, Carlo & Tobia Scarpa, Fulvio Bianconi, Franco Albini, Gae Aulenti (tardivement), Alessandro Mendini, Marco Zanini, et bien sûr Ettore Sottsass vers la fin de sa vie. ↓

Plat sur pied Battuto, design Tobia Scarpa pour Venini, 1960

Plat sur pied Battuto, design Tobia Scarpa pour Venini, 1960. « Bouche » en verre de Murano dans un bleu magnifique.

 

Lustre en verre soufflé de Murano à 8 bras, design Gio Ponti pour Venini, vers 1950

Lustre en verre soufflé de Murano à 8 bras, design Gio Ponti pour Venini, vers 1950. Différentes couleurs, tasses en verre transparent et Monture en laiton doré.

 

Plafonnier modèle 4023, design Franco Albini pour Venini, vers 1955

Plafonnier modèle 4023, design Franco Albini pour Venini, vers 1955. Laiton poli, diffuseur en verre de lait et réflecteur de projecteur en verre coloré.

 

Même pièce, détail.

Bouteille en verre de Murano série Pezzati Arlecchino, design Fulvio Bianconi pour Venini, vers 1951

Bouteille en verre de Murano série Pezzati Arlecchino, design Fulvio Bianconi pour Venini, vers 1951. Un flacon en verre de forme ovale composé de « tuiles » en verre polychrome transparent et opaque.

 

Même pièce, détail des « tuiles ».

Vase rectangulaire très rare pour Venini, design Fulvio Bianconi, vers 1954.

Vase rectangulaire très rare pour Venini, design Fulvio Bianconi, vers 1954.

Sculptures Ritorto & Torto en verre de Murano, Design Gae Aulenti pour Venini, 1994.

Sculptures Ritorto & Torto en verre de Murano, Design Gae Aulenti pour Venini, 1994.

Aujourd’hui, Murano continue de fasciner les grands créateurs qui trouvent dans les techniques verrières de l’île matière à satisfaire leur inspiration. Ainsi, l’excentrique Peter Marino, architecte des grandes marques de luxe a avoué avoir cassé beaucoup de prototypes avant de parvenir au résultat souhaité pour sa collaboration avec Venini en 2017. Les frères Campana, dans leur style caractéristique, ont démarré en 2005 une collaboration avec la célèbre verrerie. D’autres artistes, comme la plasticienne transmédia et féministe Orlan, l’architecte Tadao Ando, l’artiste américain Fred Wilson, ou encore l’artiste du verre Dale Chihuly sont tous venus à Murano… Qui plus que jamais reste un îlot de résistance au Made in China. ↓

Quand Peter Marino s’exerce à la forge

Quand Peter Marino s’exerce à la forge

 

Vases de la série Black Blet créée par Peter Marino pour Venini.

Vases de la série Black Belt créée par Peter Marino pour Venini. La collection (349 œuvres par couleur et taille) est présente en édition limitée.

 

Dale Chihuly, Laguna Murano Chandelier, chandeliers en verre de Murano, 1996-1997

Dale Chihuly, Laguna Murano Chandelier, chandeliers en verre de Murano, 1996-1997

Dale Chihuly, Laguna Murano Chandelier

Dale Chihuly, Laguna Murano Chandelier, détail.

F.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Copyright Art Design Tendance - Réalisation SwMedia