Toile de Maxwell Alexandre, détail. Exposition Pardo é Papel au Mac Lyon.

AvatarÉcrit par

Maxwell Alexandre : une histoire CAPRI-cieuse

Art contemporain, Blog, Lyonnaiseries| Vues: 692

L’artiste plasticien contemporain aime truffer ses œuvres de détails. Ce sont souvent des indices qui nous éclairent sur la vision et le regard que porte l’artiste sur le monde qui l’entoure. Tel détail, motif, répétition, vaut parfois mille discours. Chez certains c’est obsessionnel, tels les tableaux mouchetés de millions de points de Yayoi Kusama. Chez d’autres, c’est un emploi parcimonieux qui viendra discrètement réveiller la conscience du spectateur. ↓

Installation de l'artiste japonaise Yayoi Kusama. Vertige du point...

Installation de l’artiste japonaise Yayoi Kusama. Vertige du point…

L’obsession de la répétition

En visitant l’exposition récemment consacrée au très jeune artiste brésilien Maxwell Alexandre au Mac Lyon, j’ai expérimenté l’art de la répétition. Inquiet, je me suis demandé si j’étais le seul à remarquer l’emploi systématique du motif de l’impression plastique de la marque de piscine Capri ? Mais pourquoi donc les délicates toiles très colorées de cet artiste reprennent systématiquement, en fond, ce motif ? Passé la lecture du dépliant de l’exposition, de quelques articles en lien avec, non vraiment je me fais des idées, le procédé est purement esthétique :-)) ↓

 

Piscine de la marque Capri.

Exemple de modèle de piscine gonflable de la marque Capri, que l’on trouve en vente sur Internet. Le fabricant propose des structures rigides ou gonflables.

 

Oeuvre de Maxwell Alexandre : Si j'étais vous, je me regarderais à nouveau. Exposition Pardo é Papel.

Oeuvre de Maxwell Alexandre : Si j’étais vous, je me regarderais à nouveau, série Pardo é Papel, 2018. Par amour pour les piscines Capri, l’artiste reprend le logo de la marque en fond, Sa madeleine de Proust ? Photo ©François Boutard.

 

Maxwell Alexandre, La Glorieuse Victoire, série Pardo é Papel, 2018. Détail de l'oeuvre où l'on retrouve le logo Capri avec l'apparition de la marque Toddynho.

Maxwell Alexandre, La Glorieuse Victoire, série Pardo é Papel, 2018. Détail de l’oeuvre où l’on retrouve le logo Capri avec l’apparition de la marque Toddynho. Une autre névrose obsessionnelle ? Photo ©François Boutard.

L’art du branding et des symboles

Habilement, l’exposition intitulée Pardo é Papel que l’on peut traduire par « Brun est le papier », joue sur la sémantique. Le mot Pardo désignant à la fois la population métissée du pays, qui possède à des degrés divers une ascendance africaine, et un papier d’emballage brun-orangé sur lequel l’artiste conçoit ses tableaux. Selon l’intéressé, le terme brun a justement pour but de dissimuler la noirceur. Dans un pays culturellement raciste, on comprend alors l’intention de l’artiste d’afficher clairement la couleur : « Pardo is beautiful, black is beautiful too ! » ↓

Exposition "Pardo é Papel" au MAC Lyon. Peinture de Maxwell Allexandre représentant Béyoncé et Jay-Z

Maxwell Alexandre, oeuvre sur papier kraft représentant Beyoncé et Jay-Z. Une des rares toiles dans l’exposition sans utilisation du logo « Capri » en fond. L’affirmation de la réussite afro-américaine. Black is beautiful !

Au-delà de cette histoire de papier, il a fallu que l’artiste soit terriblement épris des piscines Capri pour imposer un tel branding au spectateur ! Je n’aurais sans doute pas le fin mot de l’histoire, mais cette répétition stylistique me titille… 

L’obsession sociale CAPRI-cieuse

Issu d’un milieu pauvre, Maxwell Alexandre a grandi et vit à Rocina, une des plus grandes favelas de Rio. On pourrait s’amuser de ma remarque sur l’emploi systématique d’un logo de piscines gonflables, mais le process est tout sauf hasardeux. À la façon dont Maxwell Alexandre brocarde avec talent les inégalités sociales et surtout raciales de son pays (au Brésil on emploi le terme de « pardos » pour les « bruns »), il faut voir la marque Capri comme un symbole révélateur du contexte inégalitaire brésilien. Dans la revue brésilienne Continente, l’artiste explique ainsi : « Cela faisait partie de mon enfance, de ce vocabulaire de taudis. Ces symboles qui sont dans votre vie, mais que vous ne comprenez pas correctement. Ma lecture de ces gravures concerne l’estime de soi, car elle parle de la distinction sociale qui existe dans la favela. Celui qui peut avoir chez lui une dalle (comprendre une chape de béton avec un revêtement) est d’un niveau social supérieur, mais celui qui peut avoir une piscine enterrée (dans la dalle) est d’un niveau social encore plus élevé ». Voilà tout est dit… ↓

Vue de la favela de Rocina où vit Maxwell Alexandre. Une des plus grandes favelas de Rio.

Vue de la favela de Rocina où vit Maxwell Alexandre. Une des plus grandes favelas de Rio.

 

Oeuvre et installation de Maxwell Alexandre au Mac Lyon. Exposition Pardo é Papel. Même Dieu envie l'homme noir, série Pardo é Papel.

Oeuvre et installation de Maxwell Alexandre au Mac Lyon. Exposition Pardo é Papel. Même Dieu envie l’homme noir, série Pardo é Papel. La fameuse piscine Capri, symbole de la pauvreté pour ceux qui ne peuvent se payer une piscine, trône devant une toile. Photo ©François Boutard.

Même Dieu envie l'homme noir, détail. Oeuvre et installation de Maxwell Alexandre.

Même Dieu envie l’homme noir, détail. Oeuvre et installation de Maxwell Alexandre, série Pardo é Papel. Photo ©François Boutard.

Maxwell Alexandre, témoin de la mondialisation

Outre le symbole « Capri », Maxwell Alexandre distille les références à la mondialisation des produits et à l’influence du marketing pour jauger du niveau de vie d’une personne. En avoir ou pas… Ainsi le personnage brun qui s’incruste dans certaines toiles de l’artiste représente Toddynho, la mascotte d’un célèbre produit laitier au Brésil. La marque Danone est aussi présente avec son super dino, Danonino. Comme pour les piscines Capri, Maxwell Alexandre fournit une explication sociologique claire :  « Je pensais que c’était dingue de ne pouvoir avoir accès aux produits laitiers Danone et à la marque Toddynho quand je le voulais. Ce n’est arrivé que lorsque je suis allé chez d’autres personnes et que j’ai vu le réfrigérateur plein. Ce sont des objets qui parlent de distinction sociale, quelque chose qui se passe dans la favela (…). » ↓

Publicité pour la marque Toddynho, la cible marketing n’est clairement pas l’habitant d’une favela…↑

La Glorieuse Victoire. Toile de Maxwell Alexandre. Exposition Pardo é Papel. A gauche la mascotte Toddynho qui rend allégeance à l'homme des favelas. A droite une autre mascotte : Danonino (produit marque Danone).

La Glorieuse Victoire. Toile de Maxwell Alexandre. Exposition Pardo é Papel. A gauche la mascotte Toddynho qui rend allégeance à l’homme des favelas. A droite une autre mascotte : Danonino (produit marque Danone). Photo ©François Boutard.

 

Toile de Maxwell Alexandre, détail. Exposition Pardo é Papel au Mac Lyon.

Toile de Maxwell Alexandre, détail. Exposition Pardo é Papel au Mac Lyon. Danone, Toddynho, la paille pour boire la fameuse boisson chocolatée, et en fond le motif « Capri ». Tous les symboles de l’inégalité sociale au Brésil. Photo ©François Boutard.

Voilà ces quelques réflexions qui rendent justice à l’auteur engagé de ces œuvres. Outre la portée puissante du discours, j’ai particulièrement apprécié le travail de l’artiste, assez peu commun, puisqu’il utilise dans ses compositions du cirage à chaussure, du latex, du henné ou encore du bitume. Les personnages des toiles, dont les traits du visage sont absents, souligne l’invisibilité d’une majorité dans un pays où les élites ont toujours la peau blanche. Et toujours ce fameux motif à l’origine bleu, qu’il adapte en fonction de l’humeur colorée du tableau… ↓

Vue de l'exposition Pardo é Papel de l'artiste Maxwell Alexandre au Mac Lyon, 2019.

Vue de l’exposition Pardo é Papel de l’artiste Maxwell Alexandre au Mac Lyon, 2019. Photo ©François Boutard.

F.B.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Copyright Art Design Tendance - Réalisation SwMedia