Diane Dubray, fondatrice et dirigeante de Buzzeum, cofondatrice de Museomix, fondatrice de " We are Museums ". Consultante-Experte pour Museum Connections

Écrit par

Diane Drubay : « les musées s’organisent maintenant comme des entreprises ou des laboratoires »

Blog, Museogeeks| Vues: 312

Diane Drubay est une figure incontournable de la communauté « Museogeek ». Sa passion pour les musées et l’art l’amène à arpenter, depuis des années, les musées du monde entier. Armée de ses connaissances en marketing et communication, elle fonde logiquement en 2008 Buzzeum, une agence de communication et de stratégie numérique pour les musées et les institutions culturelles. Notre interviewée comprend alors rapidement que les musées ont tout intérêt à se saisir des médias sociaux. En 2011, elle cofonde Museomix, un marathon créatif qui voit collaborer des personnes aux talents différents qui imaginent, le temps d’un week-end prolongé, le musée de demain.

Enfin, depuis quatre ans, Diane organise la rencontre annuelle « We are Museums », un événement sur deux journées qui réunit les professionnels des institutions culturelles qui ont à cœur de construire le musée de demain.

Pour Museum Connections, un salon international qui rassemblera les 18 & 19 janvier prochain les professionnels des musées et des sites culturels, Diane intervient comme curatrice du programme de conférences internationales proposé durant les deux jours de l’événement. Je vous avais déjà parlé sur le blog du Salon, et de mon envie de vous faire vivre de plus près l’événement. C’est pourquoi Diane a bien voulu répondre aux quelques questions que je souhaitais lui poser…

Diane Drubay, fondatrice et dirigeante de Buzzeum, cofondatrice de Museomix, fondatrice de " We are Museums ". Consultante-Experte pour Museum Connections

Diane Drubay, fondatrice et dirigeante de Buzzeum, cofondatrice de Museomix, fondatrice de  » We are Museums « . Consultante-Experte pour Museum Connections

Art Design Tendance : Bonjour Diane, pouvez-vous nous expliquer votre rôle exact au sein de l’organisation de Museum Connections ?

Diane Drubay : Museum Connections est le salon du business muséal depuis plus de vingt ans déjà. À travers l’exposition de leurs produits, les échanges dans les allées et les rendez-vous pris à l’occasion du salon, les acteurs du marché du tourisme culturel multiplient leur potentiel de développement commercial et international. Un chaînon essentiel manquait cependant à l’expérience pour qu’elle devienne complète : l’acquisition de nouvelles connaissances et la rencontre d’experts. Mon rôle au sein de Museum Connections est de rassembler les différents acteurs du business muséal pour insuffler de nouvelles visions et bonnes pratiques, accélérer les interactions.

A.D.T. : Les thèmes abordés durant les deux jours de conférence sont très variés, quelle est votre démarche pour définir les sujets et les intervenants ?

D.D. : L’année 2017 chez Museum Connections est dédiée aux nouvelles formes de business muséal, j’ai souhaité rassembler les institutions qui sont actuellement en train de redéfinir la place et le comportement des musées dans un écosystème marchand. Nous traiterons donc la première journée des nouveaux modèles économiques des musées, et la seconde des stratégies de développement des publics innovantes.

Les intervenants sont choisis pour leur vision innovante et stratégique et leur capacité à la mettre en oeuvre. Internationale ou nationale, publique ou privée, de très grande taille ou de taille réduite, les institutions choisies ont toutes ouvert de nouvelles portes de développement aux musées.

A.D.T. : De votre point de vue, quelles sont les problématiques nouvelles qui sont apparues ces dernières années et auxquelles sont confrontés les responsables des grandes institutions culturelles ?

D.D. : Les musées ne peuvent plus vivre à l’abri de leurs collections. Ces dernières années, avec le désengagement financier des pouvoirs publics, les musées ont pris une place économique et sociale dans notre société. Se comportant comme des marques, des entreprises ou des startups, les musées doivent donc faire face aux mêmes challenges internes et externes que ces derniers.

A.D.T. : Avec l’importance croissante que prennent les outils numériques (médias sociaux, dispositifs de visite numérique), constatez-vous des changements importants dans l’organisation des musées aujourd’hui ?

D.D. : L’impact des outils numériques sur les organisations culturelles est structurel. Allant bien loin que les outils de médiation ou de communication que nous pouvons lister, le numérique a changé les manières de mener des projets, prendre des décisions, communiquer, recruter, etc. Beaucoup plus ouverts, flexibles et transversales, »

A.D.T. : Les intervenants des conférences viennent de musées internationaux, y a-t-il de grandes différences dans la manière de concevoir le rôle du musée selon les pays et les cultures ?

D.D. : Cette question est très (trop) vaste pour pouvoir y répondre ici, je vous conseillerai donc de vous intéresser de plus près au Polin Museum de Varsovie, à la Tate à Londres et au Cooper-Hewitt Museum de New-York, par exemple, pour comprendre le rôle que chacun de ces musées a localement, nationalement et internationalement.

A.D.T. : Si vous deviez citer 2-3 grandes tendances du business muséal, quelles seraient-elles ? 

D.D. : Pour parler de business muséal, prendre des décisions en fonction de leur impact financier est déjà un très grand bond. Nous sommes face à des institutions muséales qui doivent revoir leur modèle, leur habitude de fonctionnement et même leur rôle. L’intervention de Adriaan Donszelmann, directeur général du Van Gogh Museum (1) à Amsterdam, sera un bon exemple d’une tendance naissante dans les musées qui défend que tout se vend et même l’expertise des employées du musée. Je vous inviterais ensuite à assister à la présentation de Bérengère Lévèque, responsable de l’accueil des publics à la Fondation Louis Vuitton qui expliquera la stratégie d’externalisation des équipes. Nous pourrions aussi parler de la philanthropie globale ou locale, de musées hors les murs à travers des projets pop-up ou leur internationalisation, des échanges entre entreprises de grande distribution ou marque de luxe, etc.

Diane, merci, et rendez-vous donc à Museum Connections les 18 & 19 Janvier prochain !

(1) Cf. Précédent billet : Quand le Van Gogh Museum associe un des DJ les plus populaires à l’oeuvre de Vincent Van Gogh

Consulter le programme des conférences et des intervenants durant Museum Connections

Museum Connections 2017, un programme de conférences sur 2 jours à ne pas rater !

Museum Connections 2017, un programme de conférences sur 2 jours à ne pas rater !

F.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Copyright Art Design Tendance - Réalisation SwMedia