Les mots du design #16

C‘est le DDay, le Dimanche Design comme de coutume sur le blog. Aujourd’hui, arrêt dans l’autre pays du fromage, j’ai nommé les Pays-Bas. Petit pays avec une densité de population très forte, nos amis bataves ont appris à soigner leurs intérieurs pour coccooner. Peuple avec une grande tradition artistique – peinture, abstraction -, les hollandais propulsent sur la scène internationale du design de grands talents. Il était temps de s’y intéresser !

 Design néerlandais : Le design n’est pas chose nouvelle pour les Pays-Bas. Son grand mouvement De Stijl, dont Gerrit Rietveld est l’une des personnalités marquantes, a ainsi joué un rôle déterminant, à la fois dans l’avènement de la pensée rationaliste qui prévaut dans l’avant-garde des années 1920 et 1930, et d’une manière générale dans l’histoire des arts plastiques et décoratifs. Mais qui pense «design néerlandais» aujourd’hui pense immédiatement à une nouvelle façon d’aborder le design, née dans les années 1990. Elle est le fait de plusieurs personnalités fortes, talentueuses et médiatiques : Gijs Bakker et Renny Ramakers, fondateurs du label-collectif Droog Design, Li Edelkoort, Hella Jongerius ou encore Marcel Wanders. ↓

Gerrit Rietveld, Red and Blue chair, 1923

Gerrit Rietveld, Red and Blue chair, 1923

Ils ont réussi à former en quelques années une véritable école néerlandaise dont la recette, désormais bien connue, se compose notamment de détournement, d’ironie, d’un mélange d’artisanat et d’art, de provocation…Par son propos original, le dogme Droog Design s’est imposé aux Pays-Bas à travers le relai d’une école : la Design Academy Eindhoven. Cette école à l’impact international doit se comprendre comme une école à l’image du Bauhaus, formant des étudiants dans un moule commun mais avec une énergie créative individuelle inédite. Ce cocktail à base de pragmatisme, d’innovation et d’unité (de style, de communication, d’intérêts) s’est révélé être le meilleur ciment pour promouvoir le design néerlandais à l’étranger.

Néanmoins, il ne faudrait surtout pas minorer l’importance de la médiatisation. En véritables superstars des médias du monde entier, Droog Design, Marcel Wanders ou Li Edelkoort ont su également forger une image du design néerlandais branchée et intellectuelle, presque détachée des contingences matérielles que la production du design impose. Dès lors, les Pays-Bas apparaissent comme un laboratoire de recherche où le produit n’a de valeur que s’il approche le statut d’oeuvre d’art ; peut-être la seule issue possible pour s’exprimer dans le soutien d’un tissus industriel puissant. Mais l’image sans le produit finit par lasser. Comment se procurer la plupart des produits labellisés par Droog Design, à peine prototypés ou fabriqués en mini-séries, à maxi-prix ? Encore une fois, le pragmatisme néerlandais a repris le dessus : dépassant la fierté intellectuelle, Marcel Wanders a fondé Moooi comme réponse à l’absence d’industrie et comme seule vraie façon d’exporter la création néerlandaise, tandis que Droog Design, en perte de vitesse, est désormais contraint d’exposer ses produits au Salon Maison & Objet afin de trouver de nouveaux débouchés économiques. Devenu un grand pays du design aux nombreux atouts, les Pays-Bas souffrent pourtant du complexe du colosse aux pieds d’argile. Si la France permet aux jeunes designers de prendre le temps de se créer un véritable parcours international et de façon indépendante, grâce à un marché intérieur riche d’industries du luxe, d’industries dites «lourdes», d’agences de design ou d’un secteur de l’hôtellerie et de la restauration très développé, les designers néerlandais n’ont pour seule option que la voie internationale, et celle-ci n’est possible qu’à travers la perfusion du soutien institutionnel. Ce qui pourrait également apparaître comme une force, à savoir une signature néerlandaise identifiable entre mille, pourrait bien aussi constituer une faiblesse dans un monde en recherche de renouvellement permanent. L’école néerlandaise se cherche actuellement un nouveau souffle sur la scène internationale pour préparer l’après «Droog Design». ↓

Décor contemporain. A droite lampe Big Shadow, un des grands succès  de Marcel Wanders, 2008. Editeur : Cappellini

Décor contemporain. A droite lampe Big Shadow, un des grands succès de Marcel Wanders, 2008. Editeur : Cappellini

 

 

Theiere HighTea. designer  Wieki Somers

Théière High Tea, par Wieki Somers, 2004. Wieki Somers est considérée comme faisant partie de la 2ème génération de designers hollandais réputés internationalement. Et bien sur elle est diplômée de la Design Academy Eindhoven.

 

Blow Away Vase. design : FRONT, édité chez Mooi

Blow Away Vase. design : FRONT, édité chez Mooi. On adore adore la revisitation de la porcelaine de Delft !

 

Vue sur l'unique chambre de l'Hôtel Droog, Amsterdam. Tout un concept !

Vue sur l’unique chambre de l’Hôtel Droog, Amsterdam. Tout un concept !

 

Je vous laisse reprendre vos activités habituelles du dimanche, après m’avoir lu bien sûr :-))

La définition est extraite de l’excellent livre : Les 101 Mots du design à l’usage de tous – Marion Vignal & Cédric Morisset, Archibooks.

F.B.

Auteur: François BOUTARD

L'auteur de ce blog : déjà surnommé le "Jean-Pierre Coffe du rock" a décidé de vulgariser et faire connaître une autre de ses passions : l'art contemporain et le design. Community Manager et Rédacteur Web, il aime créer du contenu intelligible qui donne du sens à tous ceux qui veulent découvrir et se familiariser avec l'art contemporain et le design.

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *