Morgan Russell, Syncromy in Orange, 1913-1914

Écrit par

Interview de Leah Dickerman, curatrice de l’exposition « Inventing Abstraction »

Art contemporain, Blog, Interviews| Vues: 1206

Cher lecteur, j’ai souhaité enfoncer le clou sur le moment-clé historique que fut  l’invention de l’art abstrait il y a tout juste un siècle (cf. billet Abstraction : The Social Network ?).

Morgan Russell, Syncromy in Orange, 1913-1914

Morgan Russell, Syncromy in Orange, 1913-1914

Ayant trouvé des ressources documentaires pertinentes sur le sujet, je publie l’intervention télévisée de Leah Dickerman, curatrice de l’exposition « Inventing Abstraction« . Interviewée par le journaliste Charlie Rose, nous apprenons quantité de choses sur la naissance du mouvement abstrait et notamment :

L’acte de naissance de ce courant artistique signé Picasso avec l’oeuvre Jeune fille à la Mandoline en 1910. Et, un an plus tard, Composition V de Vassily Kandinsky. Picasso, grand artiste innovant de son époque, ne cherchait pas à théoriser une nouvelle pratique de son art, son pinceau s’exprimait pour lui… Kandinsky lui, trouva l’inspiration après un concert du compositeur Arnold Schönberg !

Découverte du premier livre « spontané », né de la collaboration du peintre français Sonia Delaunay et de l’écrivain Blaise Cendrars. La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France se livre comme un poster et témoigne des échanges intenses entre artistes de différentes disciplines artistiques de l’époque. une incroyable modernité souffle alors sur l’Europe.  Je cite :  » Les relations entre le texte de Cendrars et la peinture de Sonia Delaunay sont dictées par la technique du simultané. Les recherches sur la couleur et la lumière menées par les Delaunay s’inscrivent dans les liens tissés entre l’étude de la couleur et celle du son, notamment de la musique. Le rythme dicte la création dans la Prose du Transsibérien, le poème varie entre le rythme intérieur de l’introspection du narrateur et la cadence rapide du train, vitesse fluctuante entre les arrêts et les accélérations de la locomotive. Les formes colorées répondent au même impératif du rythme. Le simultané repose sur la base rythmique du poème, le travail de Sonia Delaunay dépasse ainsi l’illustration du texte. » (source Wikipedia) ↓

Sonia Delaunay et Blaise Cendrars, La prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France, 1913

Sonia Delaunay et Blaise Cendrars, La prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France, 1913

 

Guillaume Apollinaire, figure emblématique du mouvement, qui est l’entremetteur par excellence des artistes de son temps. Le poète présenta Picasso à Braque et, avec Debussy, eut la vision de ce que pouvait être l’abstraction comme nouveau langage d’expression artistique.

L’art abstrait se répand très vite et préfigure des innovations plus radicales et théoriques avec Mondrian par exemple. Il se développe aussi, dans le design, au service de la propagande russe de la grande révolution.

L’idée que souhaite partager Leah Dickerman, dans l’exposition et bien au-delà, est qu’il y a rarement eu un tel bouillonnement intellectuel et partage d’idées créatives entre artistes de disciplines différentes ; depuis la Renaissance ! L’art contemporain que nous connaissons s’est construit, pour partie,  autour de cette réécriture artistique des choses.

Je vous laisse donc écouter cette interview, passionnante, avec un accent américain pour une fois audible ! – à écouter à partir de 13:00 – ↓

 F.B.

4 Responses to " Interview de Leah Dickerman, curatrice de l’exposition « Inventing Abstraction » "

  1. Raphael dit :

    Les americains ont encore des progrès intellectuels a faire; l’exposition du MOMA  » inventing abstraction 1910-1925″ est caractèristique de leur tendance a crèer des  » digest  » des résumes qui negligent totalement les racines profondes, le cheminement des idèes qui durant tout le 19 eme siecle ont amené la cristallisation progressive de l’abstraction.Le meme sujet avait étè traité de maniere exhaustive par le Musee d’Orsay en 2003 sous un titre bien plus adequat  » aux origines de l’abstraction 1800-1910  » . Il est tout de meme remarquable que le 1er tableau totalement abstrait fut crèe EN 1910 par Paul Serusier ( peintre symboliste ) soit un avant Kupka , un an avant Kandinsky, deux ans avant Robert Delaunay.Bien entendu le role de Serusier est totalement ignoré par le MOMA .L’ abstraction ne vient pas de la musique de Debussy entendue par kandinsky mais bien de la transformation du symbolisme pictural de Serusier en une preoccupation spirituelle qui cherche a figurer le cosmique ou le divin.

    • Bonjour Raphael,
      Je suis ravi que ce billet est amené votre réponse approfondie. Grâce à vous, je découvre Frantisek Kupka et Paul Sérusier.
      D’après vous, quel est ce tableau de Sérusier que vous considérez comme le 1er totalement abstrait ?
      Cordialement.
      François

      • Raphael dit :

        Bonjour François, il y a cinq tableaux abstraits peints par Sérusier en 1909/1910. Celui du Musée des beaux-arts de Rennes , « Cylindre d’ Or  » est remarquable, les deux autres peintures abstraites les plus abouties sont  » Tétraédres  » ( exposition  » Formes simples  » du Centre Pompidou a Metz en 2014 ) et  » Les Origines  » . Si vous voulez lire une étude approfondie sur la véritable génése de l’ abstraction il faut acheter  » maternités cosmiques , de Kupka a Kubrick  » de Arnauld Pierre. L’ abstraction n’ est pas née seulement grace à Cezanne et son treillage de touches rectangulaires et coniques, se limiter à cet aspect technique est  » bétifiant « . L’ abstraction est née en 1909-1910 à la fois chez Mondrian, Kupka, Sérusier. Kandinsky y est a

      • Raphael dit :

        Cher François, l’ abstraction n’ est pas née pour des motifs techniques ( Cézanne, son treillage de touches rectangulaires, coniques ) mais d’ une part musicaux ( Kandinsky traduisant en couleurs et formes la musique de Schonberg en 1911) et d’ autre part pour des motifs philosophiques . L’ abstraction est la réponse a des questions existentielles formulées par Gauguin  » Qui sommes-nous ? d’ ou venons-nous ? ou allons-nous ?  » . La seconde question , celle des origines a preoccupé Sérusier et Kupka, en France , Mondrian en Hollande , Malevich en Russie . Sérusier était passionné de théosophie, Kupka était initié à la pensée magique , Mondrian était un theosophe convaincu et adhérent au mouvement. La question des origines est formulée au plan pictural par les peintres symbolistes. Sérusier était le fondateur du symbolisme pictural en 1892 avec Vuillard, Bonnard, Valloton, Ranson..etc. C’ est la quete d’ une origine symbolique ( la réponse a apporter a la seconde question de Gauguin ) qui lui donne l’ audace de peindre le cosmos ( son tableau  » Tétraèdres » exposé en 2014 au Centre Pompidou a Metz dans l’ exposition  » Formes simples  » ) . Si vous lisez le livre  » Maternités cosmiques , de Kupka a Kubrick  » écrit par Arnauld Pierre , paru en 2000 chez Hazan, vous aurez non seulement les images de ces peintures cosmiques de Sérusier, mais surtout l’ histoire de la génése intellectuelle de l’ abstraction a l’ aube du XXeme siécle et surtout son cheminement chez d’ autres artistes  » cosmiques  » comme Odilon Redon Barnett Newman. Je pense qu’ il faut ajouter a ces pionniers des artistes qui ont posé eux aussi des  » bornes cosmiques sur la route de l’ infini  » Caspar David Friedrich, Goya, , Giorgio de Chirico, Yves Klein ( adepte du mouvement rose-Croix ) Lucio Fontana , Kiefer etc…( tous les artistes retenus par Jean Clair pour un des ses expositions-phares  » Cosmos  » a venise au Palazzo Grassi en 2000. Pour en revenir a Sérusier, il est lecteur de Alfred Fabre d’ Olivet ( les vers dorés de pythagore publié en 1813 ) il est trés proche de’ Edouard Scheuré ( les grand initiés paru en 1889 ). Il y a là , le carburant , le combustible pour  » cristalliser  » les formes végétales; florales du symbolisme en structures minérales, en formes géométriques . Quand j’ écris  » cristalliser  » c’ est à dessin , pour souiligner le caractére de synthése , de transformation chimique propre a Sérusier. Or vous savez que Sérusier crée la premiére peinture  » synthétiste  » le tableau  » Le Talisman  » du Musée d’ Orsay en 1888. Le post-impressionisme nait dette peinture. Au final, Serusier est l’ auteur de trois révolutions picturales ; le syntehtisme, le symbolisme, l’ abstraction. Ces audaces ne le détournent pas cependant de son attachement a l’ expression du primitivisme de la Bretagne, de sa recherche de motifs aux confins du religieux et du surnaturel. En celà il est bien supérieur a Maurice Denis, a Chabas , a Ranson, a Emile Bernard. Autre livre interessant sur l’ ambiance artisitique en France fin XIXeme  » Revelations of Modernism, responses to cultural crises in fin-de-siecle painting  » university of Missouri, 2008. Donc pour revenir a votre question , Serusier a peint trois peintures picturalement et intellectuellement abstraites  » Tetraèdres  » –  » Cylindre d’ Or  » –  » Les Origines  » . Il y a aussi  » gamme chromatique » au Musée Maurice Denis a St germain en Laye, miais cette peinture est dénuée de la spitualité présente dans les trois autres . Notez qu’ en 19147 au Palais Galliera lors de la retrospective Serusier ce sont les trois premiers tableaux qui ont été exposés . Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Copyright Art Design Tendance - Réalisation SwMedia